conseils

Vos plus grandes looses de voyage

Vos plus grandes looses de voyage

Prêts à vous envoler vers de nouvelles aventures cet été ? Que vous partiez en solo, en duo ou en famille, une chose est sûre : la tranquillité d'esprit est essentielle pour profiter au maximum de chaque instant. 

Pour comprendre tout ce qui peut arriver, on vous a demandé vos plus grandes looses et je suis ravie de vous partager les mésaventures les plus cocasses. Accident, vol, perte... vous allez vous rire !

Mais n'oubliez pas, pour partir l'esprit léger, rien ne vaut une bonne assurance. Et c’est pour cette raison, que je vous recommande de partir bien assurés. Avec American Express Assurances, plus besoin de craindre les galères : Qu’il s’agisse d’annulation de voyage, de perte de bagages, de souci de santé à l'étranger... Leurs assurances vous offrent une protection complète, où que vous soyez dans le monde.

Que vous soyez déjà client Amex ou non, allez jeter un œil à leur gamme d'assurances sur americanexpress.com 

1. LE VOYAGE EN AMOUREUX QUI A FAILLI MAL TOURNER

Arrivée en avance à l’aéroport de Toulouse pour un vol toulouse paris puis paris New York avec Air France . 

A l’enregistrement à Toulouse le stewart se rend compte que mon mari a inversé ses deux premières lettres de son passeport pour son esta et qu’il n’est donc pas valable donc on ne peut pas embarquer , même sur le Toulouse- Paris . Drame !

Ce voyage, c’est le cadeau de mon mari pour ses 40 ans, il a eu comme cadeau de la part des copains des places pour un match au Madison Square Garden : on doit partir ! 

Il faut donc refaire l’esta rapidement . 

Ce que nous faisons mais la réponse n’arrive pas avant le départ de notre vol donc le service clients d’Air France nous dit d’annuler nos billets et on en reprendra quand on aura notre esta . On valide ça sous le coup du stress, alors qu’il aurait juste fallu les décaler au lendemain. 

On attend a l’aéroport que mon père revienne nous chercher en attendant l’esta ; entre temps on regarde les vols pour le lendemain et ils sont a 3000€ pièce ! Drame . Ça va nous peter le budget.

Et là comme par miracle l’esta est validé , au final 3h après la demande . On repart en courant a l’enregistrement et on fait des pieds et des mains pour que l’hôtesse appelle elle même le service clients et qu’ils nous remettent sur un vol pour New York via paris sans supplément . 

Ce qu’elle arrive à faire ; ils ont été parfaits . Heureusement d’ailleurs car mon mari avait dans sa poche une bague de fiançailles pour faire sa demande avec vue sur Manhattan ! 

Constance

2. VOLS EN PERIL

Nous sommes en Août 2014, nous venons de laisser notre fille d'un an pour 2 semaines chez ses grands-parents... direction notre voyage de noces au Perou, Equateur et Galapagos...

Notre vol pour Lima partait de Toulouse avec escale à Madrid. En arrivant à l'aéroport, pas de vol pour Madrid sur les écrans. Au guichet, on nous informe qu'effectivement, notre billet a été modifié... en réalité il avait été avancé de 24H! 

En fait, en 2014, on recevait encore des billets électroniques qui étaient un ensemble de caractère écrit en Times New Roman...  mon mari avait recu plusieurs fois des modifications de billets les mois précédents le voyage avec des petits changements de 5/10 minutes dans les horaires... mais il n'avait pas pensé à vérifier que la date n'avait pas changé!

Après de longues négocitations avec l'agence de réservation, on a pu être rebooké le lendemain soir, ce qui nous faisait sauter l'étape Lima... mais il parait que Lima n'est pas l'incontournable du Perou :-)

L'histoire s'est quand même bien terminée car nous avons été surclassés en business pour notre vol de nuit Madrid-Lima!

Julie

3. LA PANNE EN SLOVÉNIE

Nous voila donc partis pour 3 semaines en Slovénie pour des vacances à 5 avec un bébé de 6 mois et 2 enfants de 4 ans 1/2 et 6 ans 1/2.

Nous avons pour habitude de partir tôt le matin avec notre bande pour rouler un peu et passer la journée entière à découvrir un nouvel endroit de la région. C'est ce que nous faisons ce jour là, je me mets derrière en voiture pour jouer avec mon bébé qui n'aime pas trop la voiture à cette période. Tout à coup je sens la voiture trembler (notre toute nouvelle voiture, toute neuve que nous avons eu à la naissance de notre 3ème, investissement obligatoire :-) ). Au début je pense que c'est la route mais je vois que mari ne fait pas le fier sur cette autoroute. En effet la voiture n'accélère plus, nous restons bloqués à 60 km, un peu léger pour une autoroute, tout le monde nous double mais on garde notre calme :-) les aires d'autoroute sont très très espacées en slovénie donc le temps nous semble long pour pouvoir nous arréter et on a peur que plus on force plus on abime la voiture.

Finalement on voit une sortie d'autoroute alors on fonce.

Bonne nouvelle on se retrouve dans une ZI, donc je vois une supérette, un bar et je sais que j'ai du lait bébé dans mon coffre donc je sais qu'on est sauvé ! Y a  plus qu'à attendre.

- 798 appels de mon mari à l'assurance,

- 33 collin-maillards et 26282 times-up (la dernière chose que j'ai laissé par pur hasard dans mon coffre après avoir tout déchargé la veille)

- 5 coca zeros, 5 jus de pomme et jus d'orange

- 3 boites de cookies et de tomates cerises

plus tard, la dépanneuse est venue nous chercher après 8 heures dans un bar.

Les slovènes ne sont pas les plus aidants et les plus agréables ! Bon pas tous, on en a croisé des très sympas, mais dans ce bar ils nous ont bien laissé seuls !), mais nous avons pu être aidés avant le début de la nuit et rentrer chez nous à 2h de route de la.

Le soir, comme souvent, je demande à mes enfants s'ils ont passé une belle journée de vacances (en me demandant comment ils ont vécu cette longue journée d'attente à 35 degrès) et ils me répondent chacun que c'était une super journée ! 

Diane B.

4. LE TELESIEGE DES PYRENEES

En vacances dans les Pyrénées en 2016, nos enfants ont respectivement 6 ans, 4 ans et 1 an. Nous décidons un après-midi de monter par télésiège à un pic sympa ou il y a une balade à faire.  A l'accueil en bas on nous indique un arrêt du télésiège à 19h et qu'il y a une belle balade à faire environ 3h avec passage par une cabane de berger. 

Bon le télésiège pour moi qui est le vertige avec 3 petits enfants c'est une épreuve mais mon mari est là et les enfants sont sages.  On est en haut on fait notre balade c'est un peu rocailleux mais très beau, on va goûter du fromage à la cabane du berger, les biques, ........ 

Et on rentre au téléphérique pour 18h45 , FERMÉ !!!!!!!!!  Plus personne. 

Là le stress commence, je me souviens avoir vu un numéro au dos du ticket. 

J'appelle et la même personne qui m'a vendu les billets me dit "ah oui il ferme à 18h !!!!!" 

Je lui explique donc la situation , nos 3 enfants .......

Désolé fausse manipulation je continu mon mail

Je commence donc un peu à m'énerver par téléphone auprès de cette dame. Je lui dis qu'on va se débrouiller pour monter dans le télésiège si elle peu le rallumer .... Pas possible interdit. Elle me dit la seule solution c'est de redescendre à pieds, 4h de marche mais faite attention les cailloux roulent. 

Mais j'ai 3 gosses moi ! 2 qui marchent avec leurs sandales de rando et 1 en porte bébé. Il est 19h , je fais le compte il reste 2 pom potes, et 1 gourde d'eau, on va bientôt être pris par la nuit. Je ne vois pas ça possible, mon mari va voir le sentier....... Trop dangereux.  On commence à se dire un helico de secours ?? Ça va nous coûter nos 2 jambes. 

Retourner à la cabane du berger qui fait 8m2 avec 1 seul lit ? Au moins on pourra boire et manger. Je rappelle la dame, en mode mère agressive et stressé pour ses petits  Elle me dit je me renseigne mes il y a un bûcheron qui passe le soir je vois avec lui. 

On attend ..... Et là un pic up rouillé arrive, le mec commence par nous engueuler .... On ne fait pas trop les malins c'est notre seule solution. Il accepte de nous descendre. La descente est périlleuse,  le sentier rocailleux avec le vide d'un côté. Je crois que je respire que quand on arrive en bas. 

Aurélie S.

5. LE PETIT CHALET

Ce sont les vacances scolaires de Noël.  Mes parents ont loué un super chalet pour nous 6.
Arrivés à la station pour récupérer les clés, ils s'étaient trompés de semaine. La location était la semaine d'avant !
Sauf qu'on est là, à 6 avec les cours EFS payés+ les remontées etc.
On a finalement trouvé un appart avec 1 chambre.
La cohabitation était serrée 😂

6.LE PIPI EN MOTONEIGE

Mon père (toujours lui!) faisait une sortie en moto neige au Canada en plein hiver.

Il avait très envie de faire pipi.

Il s'arrête car voit un "petit sapin" et se dit que c'est l'endroit idéal. 

Sauf que le" petit sapin" était en fait la cime d'un immense.

Mon père s'approche , commence à se "déshabiller" et... disparaît dans la neige (à + de 3m de profondeur)

On a dû demander de l'aide pour le sortir de là.

Résultat il n'a pas fait pipi mais c'était très drôle !

7. LE NON-VOYAGE AU MAROC

14 avril 2010. Vendredi des vacances de Pâques, jour de notre départ au Maroc pour une rando dans l'Atlas avec les enfants (13, 9 et 7 ans).

Les sacs sont bouclés, on passe les chercher à l'école en début d'après-midi. Oui, pour la 1ère fois on leur fait sécher les cours et ils sont surexcités à l'idée de cette transgression et du voyage à venir.

Bien-sûr, on a entendu parler de ce volcan islandais au nom impossible, son nuage de cendre est tellement énorme qu'il commence à perturber les vols dans le nord de l'Europe... mais c'est loin, l'Islande, et je n'imagine pas une seconde que ça puisse nous freiner.

Et là, un vilain texto m'annonce que notre vol a 2h de retard. Dépités, on se retrouve avec les enfants à jouer dans le square - désert à cette heure-ci - en bas de la maison. Enfin, les enfants jouent et nous, on est scotchés sur nos portables pour voir l'evolution de la situation. 

2e texto qui prolonge le retard d'1h encore. Marre d'attendre, on prend nos sacs et on embarque dans un taxi pour l'aéroport, on trouvera bien un vol disponible ! Une fois arrivés, on voit une foule incrédule qui se presse devant les comptoirs. Les enfants s'amusent à prononcer le nom de ce foutu volcan, et nous, on y croit encore en s'interdisant d'imaginer un plan B.

Et là, douche froide : on nous annonce que l'espace aérien est fermé jusqu'à nouvel ordre.

DÉCEPTION ! On s'assied sur nos sacs un peu anéantis avant de passer 12 coups de fil : l'un pour décommander le couscous qui nous attendait à Marrakech, les autres pour trouver un point de chute pour nous accueillir pour les vacances.

Yesss !!! On nous prête une maison en Bretagne (merci Nicolas) où quelques jours après, en suivant des yeux une petite mouette, on verra dans le ciel le 1er avion à reprendre du service !

Conclusion : ok c'est rageant de voir son voyage annulé, mais 1/ c'est la faute de personne 2/ les enfants s'en balancent tant qu'on arrive à rester cool et à rebondir avec le sourire (ok faut prendre sur soi un peu ;-)

10. UN ORTEIL EN MOINS EN TUNISIE

J'ai 3 enfants : Simon 16 ans, Victor 13 ans, Judith 10 ans. Avec mon mari, nous avons la chance depuis qu'ils sont petits de pouvoir beaucoup voyager avec eux, en France et surtout à l'étranger, toujours en mode itinérant

Nous étions l'an passé en Turquie, et notre galère à nous s'est terminée...par l'amputation de l'un des orteils de ma fille. Ce qui est une fin heureuse, car elle a failli en perdre plusieurs, dont le gros

2 opérations et 12 jours d'hospitalisation dans la petite ville de Kumluca (!), une vraie aventure. Mais comme toutes les galères de ce genre, passé les premières angoisses, c'est aussi une belle expérience de vie qui nous a rapprochés et dont nous parlons aujourd'hui avec beaucoup d'humour, de sérénité et de gratitude. C'est aussi une expérience grâce à laquelle nous avons fait des rencontres incroyables.  

Nous étions à la fin de notre voyage, dans une toute petite ville de bord de mer. A 3h de route d'Antalya. Nous nous promenions sur un marché. Il y avait beaucoup de vent. Le marché était protégé par des bâches, retenues par des poteaux lestés de gros rochers. Le vent s'est engouffré sous les bâches, a soulevé un poteau, et un rocher de la taille d'un ballon de foot est tombé sur le pied de ma fille. 

Elle a été transférée dans l'hôpital de la petite ville. Mais disons qu'il s'agissait plutôt d'un dispensaire. Mon mari était avec elle, j'avais du retourner dans notre appartement pour chercher nos papiers et déposer mes garçons. Lorsque je les ai rejoins, elle n'avait eu qu'une radio, et elle grelottait de froid sur son fauteuil roulant. Son pied n'était même pas protégé. Mon mari était en train de comprendre comment elle pouvait être transférée ailleurs, la communication en anglais n'était pas facile. Et la seule chose qu'on nous demandait c'était...les papiers de notre assurance médicale. Que nous n'avions pas...bien sûr. Nous avions bien une assurance avec notre carte Visa, mais dans la panique, le temps de trouver le bon numéro (en l'occurrence, la bonne blague...ce n'est pas forcément celui  inscrit au dos de la carte bleu comme on le croit souvent !), d'appeler, de comprendre, d'avoir un mail de justificatif, le temps filait. Parallèlement, ils ont fini par trouver une clinique capable de la recevoir. A 1h30 de route. A ce moment là nous pensions encore que quelques sutures suffiraient.

Mon mari a accompagné ma fille, un voyage en ambulance comme dans les films : 1 route sublime mais 1 seule voie, au bord de la montagne, le long de la mer alors... sirène à fond et dépassements rock and roll ! Moi, je pensais les revoir le soir même. Quand il est arrivé dans cette clinique, l'équipe médicale l'attendait, le bloc était prêt ! On lui a demandé de signer une décharge au cas où ils devraient lui amputer les 3 orteils abimés. Le choc ! Le chirurgien parlait un peu anglais, mais pas le reste du staff. Il a signé les papiers...rédigés...en turc. Pas le temps d'appeler le médecin de l'assistance médicale pour vérifier si c'était la bonne procédure. Les minutes étaient comptées. Il n'a même pas pu expliquer à notre fille ce qui allait se passer, ni lui dire au revoir, l'équipe étant déjà en train de l'embarquer. Il m'a appelé en se voulant rassurant (mais m'a avoué plus tard avoir fondu en larmes juste avant). La clinique avait l'air moderne - bien que plantée au milieu de cultures d'orangers et avec des poulaillers tout autour du parking...! -, et le chirurgien était spécialisé en orthopédie. 

L'opération a duré plus de 3h. Une éternité pour nous ! Au sortir, ils nous ont dit avoir sauvé le gros orteil. Un soulagement. Mais, pour les 2 autres, rien n'était gagné. Mon mari est resté la première nuit avec elle et je les ai rejoins le lendemain. Le risque : que les orteils se nécrosent et qu'ils doivent finir par les amputer, mais ils étaient optimistes.

Nous voulions évidemment rentrer aussi sec à Paris. En cas d'amputation, la perspective de le faire dans un hôpital pour enfants à Paris était rassurante. Mais c'est là que nous avions compris que nous allions devoir être patients. Impossible de prendre l'avion pendant au moins 8 jours, au risque de perdre ses orteils !

A démarré alors la 2ème partie de l'aventure. Branle bas de combat et réorganisation totale. Que faire de nos garçons ? Impossible de les garder avec nous, avec nos journées à l'hôpital. Et l'école devait reprendre 2 jours plus tard. Où nous reloger ? Aucun hôtel dans cette petite ville. Comment s'organiser pour le travail ? Mais aussi des choses toutes bêtes comme mon stock de lentilles de vue jetables quotidiennes qui ne me permettrait pas de tenir, et pas de lunettes de secours

Au final nous sommes restés 12 jours car l'un des orteils s'est nécrosé et elle a du être réopérée pour lui couper. Et nous avons pu enfin rentrer, après d'énormes galères avec notre assurance voyage qui n'arrivait pas à nous trouver un vol alors que nous avions le feu vert des médecins. A chaque appel nous avions un intervenant différent qui reprenait le dossier de zéro. C'était ubuesque. Nous avons du les harceler pendant plusieurs jours pour nous faire rapatrier, après une dernière péripétie : en route pour l'aéroport, l'assistance nous a appelé pour nous dire que la compagnie finalement ne nous prenait plus à bord...

De toute cette période nous gardons néanmoins de très beaux souvenirs. En premier lieu, la gentillesse des gens sur place comme j'ai rarement vu. Quelques exemples :

Ce couple de paysans du marché chez qui nous étions en train d'acheter des légumes quand l'accident est arrivé est venu nous voir à l'hôpital, à 1h de route de chez eux. Ils étaient venus nous apporter des fruits et prendre des nouvelles de notre fille. Ils avaient appris qu'elle avait été transférée ici par un ami, infirmier au bloc opératoire de la clinique

Les policiers de la petite ville où j'ai du faire une déposition (car l'accident a eu lieu dans un lieu public) et qui ont été d'une douceur incroyable

Les infirmières de nuit, qui ne parlaient pas du tout anglais, (merci Google Translate !) et qui ont été si douces quand ma fille souffrait des suites de la première opération. 

La dame qui venait nous servir le petit déjeuner dans la chambre et qui tenait à ce que ma fille apprenne chaque jour un mot de turc

L'assistante du service qui nous a aidé pour le rapatriement, et a cherché pour moi dans toute la ville et jusqu'à Istanbul ! des lentilles de vue adaptées, en appelant des dizaines d'opticiens. Elle était très jeune et se désespérait de la réélection probable d'Erdogan (nous étions sur place au moment de la présidentielle), nous avons beaucoup discuté. Nous avons reçu de sa part une invitation à son mariage quelques semaines plus tard

Ce couple qui a entamé la conversation quand je dinais seule un soir, dans la ville à 20 mn de l'hôpital où j'avais fini par trouver un hôtel. Il m'a invité à sa table et remonté le moral ! Ils m'ont envoyé plusieurs textos une fois rentrés à Paris pour prendre des nouvelles. 

Notre logeuse airbnb chez qui nous étions quand l'accident est arrivé. A mon premier retour de la clinique, elle avait préparé pour moi et les garçons un gateau au chocolat

Enfin, notre famille et nos amis, qui ont géré nos garçons rentrés en France et qui envoyaient des blagues et des challenges, par whatsapp, bref des choses pour s'occuper car le temps était bien long.

Enfin bien sûr ma fille qui a été très courageuse et d'une patience folle. Dans nos vies à 100 à l'heure, se retrouver tous les 3 en mode cocon a été aussi une chance, un moment très doux

Tout va bien aujourd'hui pour elle. Son équilibre de marche n'est pas touché. Après quelques semaines de soins à Paris, elle a même pu reprendre le foot et le vélo. Les médecins de Robert Debré que nous avons vus à notre arrivée nous ont rassurés, tout avait été très bien fait à Kumluca. Elle avait été parfaitement prise en charge. 

Si je pouvais finir en revanche par un conseil, pour ceux qui écoutent vos podcasts et qui voyagent en famille, c'est de toujours voyager avec son attestation d'assistance médicale. Si c'est une assurance qu'on a par sa carte bleue, il suffit d'aller sur le site de sa banque et on doit pouvoir la trouver et l'imprimer. Cela nous aurait fait gagner un temps précieux et évité du stress supplémentaire

Voilà pour notre aventure ! Nous avons prévu de retourner, peut être l'an prochain, à Kumluca. Déjà car nous n'avons pas fini notre voyage sur cette si jolie côte turque. Mais aussi et surtout pour revoir tous ces gens qui ont été formidables avec nous

Axelle

11. BRAQUAGE A RIO

Buenos Aires février 2013, j’ai 25 ans, suis avec un copain de fac, ma deuxième fois a BA, lui sa première. Il veut absolument aller visiter la boca, quartier populaire de buenos dont une rue très colorée avec plein de petite maison fait la réputation, sauf qu’en dehors de cette rue sur 300m, il n’y a rien à voir, et c’est un coupe gorge pour touriste, ma cousine s’y est faite braquée quelques années plus tôt.

Aymeric insiste, je ne veux pas le priver de découvrir, on y va quand même. Lui, ce salaud, a quand même les chochottes donc enlève sa montre avant d’y aller, laisse son appareil, etc.

On y va, évidement au bout de 5 minutes on a fait la rue en long en large.. il insiste pour faire juste un tour de pâté de maison. Je lui dis que c’est une connerie tout en y allant et lui racontant justement ce qui est arriver à ma cousine. Je vois un mec au loin et je lui dis en riant que typiquement ce type va nous braquer c’est sur. Ni une ni deux, le type sort un énorme gun de sous son t-shirt, un autre arrive juste derrière… « quitas tus cosas » en hurlant. Je n’ai même pas peur, je sais qu’ils ne vont rien me faire si je donne, je suis juste dirent tellement énervée contre moi et mon pote… qui pour achever l’histoire, se cache derrière moi ce p’tit con !!

Mon appareil a 2 mois de photos de Bolivie, Peru… adios…. Les clés de l’appart qu’on nous pretait… adios… 

Seul miracle, je n’avais pas pris mon passeport avec moi, et il me restait une deuxième carte de crédit dans mes culottes.

Mais la on se retrouve sans rien à 30 minutes de taxi de chez nous, jour du carnaval, équivalent du 15 août à Paris… faut trouver un serrurier… 

Heureusement il reste 100 pesos à Aymeric dans un poche de jean qui était collé contre moi pendant le braquage.. première dépense, un paquet de clopes… deuxième dépense… un taxi… et puis trouver le serurier etc…

Rien de dingue mais j’allais à Rio après, je n’y suis restée que 24h tellement j’étais encore un peu crispée par l’ambiance des grandes villes sud américaine ! Je me suis réconciliée avec Rio 1 mois plus tard.

12. LA MAUVAISE DESTINATION

Lyon/Lisbonne juillet tous les 6. 

Nous et nos 4 garçons alors âgés de 4/7/9 et 12 ans environ.

Départ de Lyon tranquille, arrivée prévue vers 20h à Lisbonne où notre voiture de loc nous attendait a l aéroport. La personne qui gérait la maison de location nous attendait sur place pour toutes les explications à nous transmettre. Tout était calé, j’avais tout gérer et étant hyper oraganisee zero stress. Confiance au max!!!

45 minutes de queue au guichet pour réceptionner le véhicule,  en sachant que nous avions patienté un moment pour récupérer notre valise en soute (depuis c est terminé nous ne prenons que des bagages cabine) bref!!! 

Je laisse l homme gérer l administratif entre permis, emprunte bancaire, siège auto… mais ça n’allait pas car le type ne retrouvait pas notre resa. J interviens pour prendre le relais et le type était hyper gêné car zero voiture à notre nom. Le temps filait il devait être 21h30 et les enfants commençaient à s impatienter et avoir la dalle. Je commence à m’agacer un chouilla en disant que je je ne comprenais pas, enfin voyez Mr sur les papiers il est écrit noir sur blanc que j ai réservé cette voiture a l aéroport de PORTO, c est pourtant clair… et lui de me répondre en effet Mme vous avez raison, mais là vous êtes à Lisbonne🤦🏻‍♀️🤦🏻‍♀️🤦🏻‍♀️ la honte intersidérale. 

Très gentiment il nous a remboursé l acompte versé nous avons rejoint en taxi la maison dépités car pas de solution avant plusieurs jours, les gros véhicules pour 6 n étaient plus dispo.

La nuit porte conseil, la réceptionniste de la maison nous a envoyé vers un ami garagiste loueur de voiture qui s’est plié en 8 pour nous trouver une solution a un coût dérisoire. Les planètes se sont alignées dès le lendemain. Grande joie mais depuis je suis hyper vigilante.

13. DISPARITION DE LA VOITURE

Août 2023

Arrivés au Costa Rica depuis 2 jours nous avions été briefés sur la sécurité (ne rien laisser dans la voiture etc)

Nous nous garons donc sur le parking du volcan Arenal (payant) en laissant le coffre bien visible et vide (modulo 2 serviettes de bain...). Décalage horaire aidant nous étions les 1ers à l'ouverture du parc... et après 3h de balade dans la jungle, retour à la voiture de location et découverte d'und votre brisée !

Seules 3 voitures étaient concernées, des personnes arrivées après nous avaient vu des individus suspects donc 1 des voitures avait tenté de les suivre.

Nous avons dû attendre l'arrivée de la police, puis les gardiens du parc nous ont assuré que ça n'arrive jamais... un des individus a été interpellé de suite car il portait des chaussures piquées dans 1 des autres voitures (oranges !)

Ensuite il a fallu contacter l'expert de l'assurance pour qu'il vienne sur place, et le réparateur est venu après 2j sur notre stop suivant au Monteverde

Comme nous avions loué la voiture via un organisme francophone ils nous ont bien aidé dans les démarches et au retour l'assurance a pris en charge une bonne partie des frais (150€ pour nous)

Le plus pénible dans cette histoire était que comme c'est arrivé en début de séjour nous étions forcément plus méfiants sur la suite et stressés sur la voiture !!

Au bout d'1 an on en rigole et les enfants adorent raconter leurs mésaventures de voyage... mais cet été en Espagne ça sera parkings surveillés !

Août 2022 :

Nous étions dans les parcs nationaux américains, et lors d'une balade sur des sentiers à pic en hauteur de Zion on essayait de suivre les enfants qui détalaient, si bien que mon mari a un pied qui a glissé et s'est tordu la cheville

Grosse frayeur sur le coup car c'était vraiment à pic, achat de béquilles (le format américain qui fait mal aux bras !) Et c'est moi qui ne conduis quasiment jamais qui ai dû me taper la suite du road trip dans le gros 4x4

Heureusement il s'est remis relativement vite, on a bien sûr dû adapter les balades suivantes mais on a tout de même bien profité du séjour !

Les béquilles ont fini sur Vinted, mon mari a racheté des chaussures montantes et les enfants avaient de nouvelles anecdotes à raconter !

Diana, voyage avec mari & 3 kids de 13 10 et 8 ans actuellement 

CONCLUSION.....

***

Assurez-vous pour partir le coeur léger. Que vous soyez déjà client Amex ou non, allez jeter un œil à la gamme d'assurances d'American Express sur American Express

***

Vous êtes intéressé.e par
les adresses Kids Friendly ?
Vous devriez aimer
Fringe&Frange à LA : voyager avec 3 kids de moins de 5 ans et réaliser son American Dream
Écouter
Vous aimerez peut-être . Vous aimerez peut-être . Vous aimerez peut-être . Vous aimerez peut-être .